Le Duomo

Nous avons programmé la visite de la cathédrale pour le dernier jour. Comme il est conseillé, nous avons prévu d’y aller très tôt le matin du dernier jour. Tellement tôt d’ailleurs que la billetterie n’est pas encore ouverte. Mais pas plus de 5 minutes après nous avons nos billets pour la visite de l’intérieur et du toit. Ascenseur pour monter tout là-haut.

Et c’est l’émerveillement quelle architecture, ce n’est plus des sculptures mais de la dentelle et partout. Plus trop savoir où regarder.

La cathédrale sur la plazza centrale est connue sous le nom de Duomo d’où le nom de la place Plazza del Duomo. Son vrai nom est « de la Nativité de la sainte Vierge ». C’est extraordinaire que le début de l’édification de l’édifice a démarré en 1387.

Un peu d’ histoire : (cf Wikipédia)

Au cours de cette année 1387, le seigneur de la ville, Jean Galéas Visconti, prend le contrôle des travaux pour un projet très ambitieux basé sur du marbre de Candoglia pour une architecture gothique. Il veut égaler par sa magnificence les plus grandes puissances du continent européen. Il met à disposition des carrières et accorde d’importantes subventions et exonérations fiscales : chaque bloc destiné au Duomo est marqué AUF (Ad Usum Fabricae) et les taxes de passages sont supprimées : il en est resté depuis, l’expression « a ufo » qui signifie gratuit. Mais la construction a souvent changé selon les changements de ceux qui en avaient la charge.

Revenons en 2015. Sur le toit entre les échafaudages, car la cathédrale est en perpétuelle réparation, une petite coupole, la Madonina, est faite de feuilles d’or qui brillent au soleil. je vous cite l’anecdote trouvé dans Wikipédia :

Durant la 2ème guerre, la « Madonina » est recouverte de haillons afin d’éviter que les reflets de lumière sur sa surface dorée puissent être utilisés comme point de référence par les bombardiers alliés survolant la ville.

Toujours sur le toit, des statues partout sur la moindre flèche, la moindre corniche. Il en est décompté 2300 à l’extérieur (l’article consacré à la cathédrale dans Wikipédia mérite le détour).

Pour la descente, utilisation de l’escalier qui nous fait aboutir à l’extérieur avant de rentrer par une porte latérale. Au passage, il semble y avoir une queue pour obtenir un billet. A l’intérieur, nous essayons de découvrir les richesses relevées dans les différents dépliants : la statue de St Barthélémy écorché vif drapé dans sa propre peau, la ligne du calendrier astrologique, la crypte, etc…

Nous finissons par sortir et là surprise. A notre arrivée, la Plazza était calme pas trop de monde. Mais là c’est la grosse foule, noir de monde. La queue pour entrer dans la cathédrale n’en finit pas. Merci le « Routard ».

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *